NG-SwinG chant
NG-SwinG chant

Voici une sélection de quelques réactions à notre musique sur scène ou sur CD.

Jipes Blues

Un concert bluffant de swing, d'humour et de bon goût tout ce qu'on aime.
Beaucoup de travail de mise en place qui ne se voit pas mais qui fait que ça déchire

Bravo NG Swing !!!!!!!!

23 août, 08:46

Nous avons envoyé le mp3 de notre version de " Sous Souchon " à son auteur Vincent Baguian.

Il nous a répondu le mail suivant :

Cher Jean,

Sachez que je suis ravi que vous ayez eu la bonne idée de reprendre l'une de mes chansons
( les reprendre toutes aurait été une meilleure idée encore, sans doute un peu excessive, mais très valorisante ).
De plus je veux vous féliciter pour la qualité de la prestation. Et si comme vous le dites vous remportez un vif succès en "Sous Souchon" , l'originalité et le talent de votre version y est pour beaucoup. Je suis donc ravi d'être associé aussi dignement à la célébration de vos 20 années de bons et loyaux accords vocaux au service du Jazz.

Cordialement.
Vincent Baguian.

Sympath de sa part.

cliquez sur le message pour retourner

carte recto

 

J'ai eu la grande joie de vous voir et surtout de vous entendre, à  Munster, pour le concert mensuel de l'Ecole de Musique ! 
C'était MAGIQUE ! Bravo à  tout le groupe, et surtout MERCI. 
Munster

Notre fan Norvégienne préférée

Le texte de la carte

Voilà, c'est moi quand je fais le ménage avec NG Swing.

J'espère que le deuxième CD sera enregistré assez vite, parce que je pense que le premier sera bientôt usé.

Mais il faut absolument mettre un avertissement sur la couverture :

"cette musique peut causer un état de dépendance"

Le meilleur moment de la fête à Turkheim était quand tout le monde avait assez mangé, assez bu, assez dansé et assez parlé, et c'était possible simplement jouer de la musique.

C'était formidable que vous ayez eu de la force de jouer jusqu'à 2 heures du matin, nous sommes très reconnaissants.

etc...

Il y a peu, un pensionnaire d'une centrale, condamné à une lourde peine découvre notre CD.

Il a souhaité réagir par ce texte qui nous est parvenu et que nous livrons à votre lecture, car il nous a profondément touché.


dimanche 14 avril 2002

"…il passe une nuit tranquille, puis au matin il refile un peu d'air dans les poumons, de l'accordéon… "
C'est parce que je n'ai pas su écrire comme ça, que je suis en prison. Euh, non ! C'est parce que j'ai fait la rencontre d'un mec qui joue de la musique et qui enseigne en prison qu'il m'a été donné de découvrir " accordéon ", une chanson ancienne de Gainsbourg que je ne connaissais pas et que j'ai découverte de la manière suivante que je viens te conter, cher lecteur.
On se tutoie, tu n'as rien contre ? Tu ne sais pas qui je suis, moi je ne te connais pas non plus, mais voilà, j'ai envie de m'adresser à toi tout simplement, en te tutoyant.
Ce que je sais de toi ami lecteur, c'est que tu es nombreux chaque matin à lire ce journal dans lequel tu vas me lire pour la première fois, les chiffres sont formels et toi, fidèle, c'est très bien. Si tu lis la presse régionale au dépend de la télé, c'est parfait, si tu regardes aussi la télé, faut que tu arrêtes tout de suite, y a rien de pire que les mélanges.

Je t'imagine du fond de ma cellule, chaque matin, te rendant chez ton marchand de journaux pour aller acheter contre combien ? un euro peut-être ! ces quelques feuilles qui t'informeront des évènements qui ont eu lieu la veille dans ta verte région et dans notre affreux monde. Paresseux parfois, il t'arrive de te faire livrer ton journal. Tu as bien raison, faut savoir se laisser vivre.

Ce matin, donc, un détenu s'adresse à toi sans crier gare. Je viens te parler musique, tu es un peu perdu, tu ne sais plus si tu es à la page " Faits divers " ou si tu es dans les pages " Culture ". Y a des pages culturelles dans ton canard j'espère ! Ouais, je sais qu'il y en a, je voulais juste te taquiner un peu ! M'en veux pas, je suis comme ça ! Je suis un ch'timi et le ch'timi est un peu taquin, mon p'tit quinquin…, c'était juste une info me concernant, comme ça, en passant.

J'étais censé te conter l'histoire de ce mec à la bouille sympa qui m'a fait découvrir cette chanson de Gainsbourg, et voilà que je m'épanche. Toi aussi tu t'épanches, tu me lis, tu me lis et t'en répands ton café. Fais gaffe, déjà que l'encre noire de ton journal t'a noirci les mains, bientôt, t'es plus sortable !
En prison, je suis des cours du soir pour pas finir en prison un jour, j'ai ainsi l'occasion de côtoyer des profs formidables. S'ils me faisaient du mal, je te le dirais sans détour, mais là, en l'occurrence, mes profs me traitent bien, alors je le dis.

Ce prof qui m'a mis entre les mains un album qu'il a enregistré avec quelques potes à lui, je n'ai jamais assisté à ses cours. Non pas qu'il soit mauvais, c'est juste que les matières qu'il enseigne ne correspondent pas à mes besoins. Il enseigne le français et comme moi, je tends à devenir journaliste sportif, je vais pas m'emmerder avec le français, pas besoin. Mais non, je déconnais, loin de moi l'idée de devenir journaliste sportif, c'était pour rire, j'aime pas le sport.

Un jour, pourtant, ce prof musicien m'a fait faire une dictée dans le cadre d'un diplôme dont le niveau et ma pudeur m'incitent à ne pas t'en dire davantage.

Pour qu'un mec puisse faire faire une dictée à des élèves, faut qu'il soit prof ou instit, mais faut aussi qu'il sache articuler. Articuler, il sait faire mon prof qui n'est pas mon prof, il sait si bien faire qu'il s'est mis à la chanson. Le résultat, c'est deux albums de reprises de grands standards du jazz ou de la chanson française. Gainsbourg donc ou encore Nougaro, Henri Salvador, Nino Ferrer et j'en passe.

Les deux albums ne sont distribués ni par Virgin, ni par Universal, non, non, notre petit groupe de musiciens, jovial, reste humble, très modeste. Il n'en demeure pas moins que le résultat est là, l'enregistrement est de qualité, c'est du " cousu main " (titre du premier album), on dirait du vrai, du Virgin ou de L'Universal.

Figure-toi cher lecteur, que l'un de ces deux albums intitulé " intime " m'a permis un jour en fin d'après midi de retrouver la pêche, un jour où j'avais les jambes en compote tant mon moral s'était cassé la poire. J'ai écouté leur musique en tapant du pied, puis j'en suis venu à ajouter un instrument à l'orchestration. La harpe. Je les ai accompagnés à la harpe, grâce à mes barreaux que je me suis mis à gratter. Après quoi, ça allait mieux je dois dire. Je te conseille donc de te rendre un soir à l'un des concerts de ce groupe dont je ne connais qu'un seul membre et dont ta mission sera de découvrir les trois autres, il s'appelle N.G swing, il se produit dans ta région dès qu'il sent qu'il y a de la brume dans ta tête. Dès que les nouvelles fraîches du jour sentent le rance et te rendent mélancolique, N.G est là pour te faire Swinguer, alors referme ton journal et sors un peu, car tu es aussi pâle que la page " Nécrologie " de ton quotidien...